Vive la tristesse…

Bien que la tristesse soit prédominante dans ce chemin de deuil, elle est nécessaire et je réalise qu’en laissant exprimer ma peine, je peux enfin avancer.

En acceptant de ne pas aller bien, je me sens enfin en accord avec ce que je traverse sans me préoccuper du regard des autres et sans m’obliger à faire semblant d’aller bien. Je revendiquerais même ce droit de ne pas aller bien après toutes ces années à avoir espérer.

Petite victoire dont j’étais toute fière, j’ai réussi à formuler une phrase avec l’emploi du passé pour parler de ce désir d’enfants. Est-ce que mon cerveau commence à intégrer que nous essayons de tourner la page et de nous projeter vers d’autres horizons ?

La tristesse permet de laisser place à la joie et
l’un ne va pas sans l’autre donc vive la tristesse !

30 Comments

  • J’ai de la peine de te savoir triste mais tu as raison, c’est « presque » un passage obligé. La tristesse et la peine laisseront très vite (ou pas d’ailleurs) la place à la joie et au bonheur.
    J’ai tendance à dire que lorsqu’on est au fond du gouffre, on ne peut que remonter même si c’est souvent très difficile.
    En ce moment, je suis triste et je me sens vraiment vide aussi. J’essaie de positiver en faisant la liste du positif dans ma vie (mari, maison, amis, boulot, chien…) et je regarde mon fond d’écran d’ordinateur qui me dit : « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ».
    Je t’embrasse. Sois forte.

    • Chère Boupe ne sois pas peinée pour moi car je suis en accord avec mes émotions et j’accueille ma tristesse. Prends bien soin de toi car je sais combien c’est douloureux quand on est encore dans le combat d’être toujours dans l’attente et tu as le droit de ne pas aller toujours bien, je t’embrasse

      • Ce qui me fait de la peine c’est que je ne peux rien faire pour t’aider à aller mieux.
        Prends soin de toi aussi.
        Bisous

    • Ton soutien est précieux <3

  • Ce n’est pas la première fois que tu abordes le sujet de l’acceptation de la tristesse et ça fait vraiment réfléchir…
    Bravo chère Artemise pour tes avancées

  • quand les psys me demandent si je me sens « dans un état dépressif », je leur répond que je n’en ai pas l’impression, que je suis triste et que ça me semble plus que compréhensible. je fais avec cette tristesse, elle est là, peut-être un peu moins quotidiennement après plus de 3 ans à m’envahir, et je pense qu’elle le sera toujours, mais avec sa copine joie aussi, qui fait de plus en plus surface (enfin pas aujourd’hui mais bon…)
    mille bises

    • Mille bises aussi pour toi ma copine de Kriek

  • Ça fait partie du travail du deuil. Je trouve ton auto-analyse très fine et très courageuse.

    • Merci la Chouette, suis touchée par tes mots.

  • « Je suis en accord avec mes émotions et j’accueille ma tristesse » Toi tu étais à ma séance de sophro 😉 !! bon ce n’est pas moi qui ai prononcé cette phrase… mais la sophrologue ! Tu es sur la bonne voie… plein de pensées… et vivement que Mademoiselle Joie vienne se taper l’incruste !

    • J’étais à ta séance en pensée ;-))
      La sophrologie tout comme la méditation et le yoga que j’ai beaucoup utilisé sont des outils très précieux qui j’espère t’épauleront. Comme tu le dis vivement que Mademoiselle Joie s’incruste et je lui dirai de s’occuper de toi 😉

  • Plein de pensées.

  • Merci de partager ici tes émotions. J’espère qu’exprimer ta peine t’en libèrera effectivement petit à petit, pour donner de plus en plus de place à sa compère la joie.
    <3

    • Je sais que le chemin va être long et c’est assez étrange car pour le moment c’est un mélange où la joie et la tristesse sont intimement liées. Merci Kaymet de ton soutien, je t’embrasse

  • I loved the sentence: tourner la page et de nous projeter vers d’autres horizons!
    Exactly!

    • And I love your sentence : « I know. I should be grateful for the things that I do have in life and not regret the things that were not meant to be. It is easy to write down sentences like that. But it is harder to really feel that way.  » Big hugs from France

  • Je suis sûre que tu es sur la bonne voie Artémise, que tu avances car c’est déjà un grand pas de se rendre compte qu’il faut être triste, qu’il faut évacuer…
    Mais que la joie vienne frapper au plus vite à la porte de ton quotidien petit à petit, je te le souhaite fort…
    De gros bisous

    • La joie viendra en son temps mais tu sais la tristesse elle me fait plus peur et elle est parfois nécessaire quand le cœur est trop lourd. J’espère que tout va bien pour toi, je t’embrasse fort

      • C’est exactement ça : la tristesse est parfois nécessaire et avec elle part notre trop plein d’émotions.
        Je t’embrasse fort. (tout va bien de mon côté, j’attends tranquillement )

  • Je me permets de te prendre dans mes bras Artemise. Cette quête du bonheur est laborieuse, non balisée et parfois, je l’imagine terrifiante, mais je reste à chaque fois stupéfaite par ton courage et la hauteur que tu arrives à prendre. Si si… Accepte ces compliments qui viennent du plus profond de mon cœur… Car même si j’entrevois la profondeur de ta douleur, je perçois réellement toute l’énergie positive que tu mets pour en sortir. Se battre est un choix courageux. La lumière arrive. Doucement mais sûrement ❤️

    • oh ma douce Carotte si tu savais comme tes mots m’ont touché et remonté le moral, la journée d’hier a été particulièrement difficile pour d’autres raisons qui viennent rajouter à cette peine beaucoup de tristesse. Je t’embrasse fort

  • Il y a tellement de résilience dans tes propos !! Oui, l’acceptation de la tristesse signe le début du retour de la joie, j’en suis convaincue… Surtout, n’oublie jamais d’être indulgente avec toi-même !! Aujourd’hui, tu es triste. Qui ne le serait pas? J’espère que demain te donnera une ou des raisons de sourire, jusqu’à ce que la joie prenne plus de place que la tristesse… <3

    • Ma chère Julys
      Je ne suis pas sûre que l’acceptation de la tristesse signe forcément le début du retour de la joie car le chemin est bien plus tortueux… La joie viendra en son temps mais pour le moment comme tu le dis si bien j’ai le droit de ne pas aller bien et cela prendra le temps qu’il faudra pour retrouver un peu de lumière et d’espoir. Merci pour tes mots, ta présence, ton soutien <3

      • Je me suis mal exprimée. Je voulais dire que précisément, l’acceptation de la tristesse est un passage sans doute incontournable pour retrouver la joie. Cette joie qui prendra du temps à pointer le bout de son nez sans doute. Mais je te souhaite qu’elle revienne timidement à travers des petits instants volés, puis de plus en plus souvent. Courage !! ♥

        • J’espère arriver à être joyeusement triste ou tristement joyeux ;o))) ♥

  • Bonjour artemise et merci pour ton blog que je lis régulièrement sans avoir encore osée y participer! je partage complètement tes réflexions sur l’acceptation de la tristesse, c’est un thème qui m’est très cher car en fin de parcours PMA sans enfant, je vois bien autour de mon entourage souhaite que je tourne la page au plus vite! je l’ai comprends, c’est plus agréable d’avoir en face de soi un visage rayonnant de bonheur !!! sans compter le nombre de bouquins de développement personnel sur les milles et uns trucs et astuces pour trouver le bonheur! j’ai d’ailleurs trouvé une expression : la dictature du bonheur! être toujours de bonne humeur, avoir des pensées positives, être en pleine forme, voir toujours le verre plein …etc je suis fatiquée de ne pas y arriver (en plus de n’avoir pas réussi à avoir un enfant) et ce qui, au départ, part d’une bonne intention devient aujourd’hui insupportable…donc, distance prise avec les amies puisque je ne pas être moi même et dois jouer le rôle de « tout va bien » si je veux pas m’attirer des regards et remarques désobligeantes sur comment je devrai voir les choses ou sur les mots que je ne devrai pas prononcer sous peine d’attirer la scoumoune (loi d’attraction oblige!) bref, au final, de la colère, une sensation de solitude…et de la tristesse qui est une étape nécessaire, je le sens profondément et la lecture de ton blog et des divers articles qui traitent du sujet me redonnent de confiance et même de la JOIE! merci (désolé, j’ai un peu vidée mon sac!!!)

    • Bonjour Véronique,
      Merci de franchir le pas et d’oser écrire ici pour faire partager ton ressenti. J’aime beaucoup ton expression « la dictature du bonheur » que je reconnais bien. Étonnamment j’ai l’impression que depuis que je suis en accord avec ma peine et que je revendique quelque part le droit de ne pas aller bien, je vais mieux et je peux enfin percevoir un peu d’apaisement.
      Quand je lis ton ressenti avec les amis je repense aux mots de Martine Batanian « Pleurez aussi fort, aussi longtemps que vous le voudrez. Ne gardez rien à l’intérieur, ne gardez rien pour vous. Criez, si vous en avez envie ! […] N’écoutez pas ceux qui veulent vous voir sourire rapidement. J’ai fait la paix entre moi et le monde grâce à ceux qui pouvaient me regarder pleurer. »
      Toutes ces épreuves bousculent nos relations avec les amis et proches qui ne comprennent pas forcément ce que l’on traverse donc n’hésite pas à venir « vider » ton sac 😉
      J’espère à très vite pour d’autres échanges !

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :