« Une Vie à t’espérer » Témoignage de Mireille Margarito

Témoignage très poignant de Mireille Margarito qui a été diffusé dans le portrait de la semaine de l’émission Sept à Huit de TF1 du 13 avril 2014!
Elle prend la parole pour raconter sa souffrance face à ce ventre vide, mais aussi pour dire que l’on peut surmonter l’impossibilité de devenir mère et s’épanouir malgré tout.

http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/reve-d-enfant-8399334.html

Voici un extrait de son livre « Une vie à t’espérer – Mon combat pour être mère » aux Editions Michalon.

« Comme toutes les petites filles, je le savais, j’allais rencontrer le Prince Charmant, nous allions être heureux, nous marier, et avoir beaucoup d’enfants ! Le Prince charmant est arrivé, nous avons été merveilleusement heureux, jusqu’au jour où j’apprends que je suis enceinte, j’ai 34 ans. Le conte de fées a alors pris fin, dans une mare de sang, par un beau matin de printemps. Première fausse couche à 9 semaines et demi, seconde fausse couche deux mois plus tard, puis le recours aux traitements médicaux durant deux ans : 3 inséminations, 2 FIV… Un parcours du combattant : rapports sexuels programmés, effets secondaires des médicaments, piqûres quotidiennes, ponctions, corps mutilé… Mireille veut raconter ce chemin sans rien cacher : la froideur du corps médical, à l’exception du Docteur C auprès de qui elle trouve du réconfort. L’attente, la souffrance physique et psychologique, les maladresses de l’entourage – à l’exception de sa mère toujours à l’écoute et dans l’empathie – la honte, les espoirs, les déceptions. Les frustrations aussi, la profonde injustice ressentie qui pousse à jalouser les autres mères, les conséquences sur le couple… Et quand la nature refuse avec autant d’insistance, qu’elle rejette pendant des années toutes les tentatives pour l’amadouer, il faut savoir renoncer. Mireille a décidé d’écrire ce livre pour les futurs « ventres vides ». Parce qu’elle aurait tant aimé trouver un témoignage qui l’aurait déculpabilisée, aidée à ne pas se voir comme un monstre et lui aurait permis de sentir moins seule. Ce livre est aussi sa révolte contre tous les phrases assassines qui se veulent bienveillantes : « Ça viendra en son temps… Ce n’est pas si grave » »

 

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :