Fév 8, 2015 - Deuil de la maternité    No Comments

« L’inhabitée » de Maia Brami, interview de 1001 fécondités

Maïa Brami est écrivain, journaliste et directrice de collection. Son roman « L’inhabitée »  qui est le roman d’une femme qui se débat avec son désir de maternité va paraître le 26 février prochain.

Maïa Brami, sublime la douleur du manque pour donner naissance à un texte littéraire intense, intime et rare, résolument tourné vers la vie.

« Cet enfant existe entre mes cils. Et parce qu’il existe entre mes cils, j’ai la certitude soudain que seule l’écriture pourrait lui donner corps, le faire advenir, qu’il me faut à tout prix inverser le mouvement, que ce qui m’assèche serve de terreau, que le vide remplisse la page pour qu’enfin naisse un greffon de ma chair stérile. »

Je vous propose de retrouver son témoignage grâce à l’interview proposé par 1001 fécondités, le blog d’Estelle Phelippeau Métrot.

Son témoignage est très beau et me touche beaucoup, je me retrouve dans un certain nombre de ces propos que je vous livre ici :

Mettre des mots sur cette souffrance, faire naître du sens de cette épreuve, me (re)trouver.

Mais arriver à sublimer sa souffrance grâce à l’art reste une chance, qu’on soit artiste ou pas.

A mon avis, arriver à accepter la possibilité du vide permet, dans ce cas précis, de sortir d’un état de détresse terrible pour se réconcilier avec soi-même et se remettre en route vers le reste de sa vie, qui, si elle n’est pas celle qu’on avait fantasmée, n’en sera pas moins passionnante et… bien « remplie » !

 Il y a en effet bien d’autres chemins lumineux et créatifs autre que la maternité, le tout est de les trouver en dehors des sentiers battus et d’accepter de renoncer à ce désir de maternité.

No Comments

  • Je trouve important que des femmes comme elle trouve le courage d’écrire sur ce deuil de maternité.
    J’aime beaucoup ces mots « se remettre en route vers le reste de sa vie ». J’espère de tout cœur que tu réussiras petit à petit à « remplir » toi aussi ta vie.
    Des bises !

    • Merci Mouchette, prends bien soin de toi. @ très vite, je t’embrasse.

  • C’est facile de dire ça dans ma position certainement, mais je pense que c’est à chacun d’essayer (et dans tous les cas la tâche est rude) de « remplir » sa vie. N’attendre de rien ni de personne (y compris de la maternité) que ça « bouche un trou ».
    Je ne doute pas vraiment que ta vie va être bien remplie et de belles choses, même si je ne veux pas nier pour autant qu’il y a et qu’il y aura encore des moments durs…

    • Je comprends très bien ce que tu entends par « remplir » sa vie car l’enfant n’est pas un pansement. Mais je me permets de préciser car dans notre cas le sens de « vide » est beaucoup plus subtil car c’est le deuil de tout un projet de vie et de plusieurs années consacrées uniquement à ce projet. Il faut accepter ce vide et faire le deuil de cet enfant qu’on n’ aura pas pour le remplir à nouveau vers d’autres rêves…

      • Ah ça oui je comprends bien…

  • Merci pour cette découverte. Je note sur mes tablettes ! Grosses bises.

  • Moi c’est son « entre-deux » qui me parle… Je prends note de la date. Merci pour partage.

  • Moi qui ne suis pas une grande lectrice, il m’inspire drôlement ce bouquin. Je crois bien que je vais me noter de l’acheter…
    Merci pour ce partage.
    Bisous

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :