Août 17, 2014 - L'après PMA sans enfant    No Comments

Les oubliés de la PMA

Il est difficile de trouver des mots face à ce terrible torrent de douleur : douleur omniprésente, psychique et sournoise qui nous a mis ko.

Je suis encore abasourdie à n’y rien comprendre comme nous avions tant d’espoir face à cette nature loin d’être conciliante qui ne veut pas s’installer.

J’ai tenté de me ressourcer auprès des miens mais cela est difficile car je ne sais plus où je me situe entre ceux qui ont des enfants, ceux qui sont trop jeunes pour en avoir, ceux qui sont trop âgés pour en avoir donc au final à quelle catégorie j’appartiens ?
Je suis perdue et me retrouve la seule de mon entourage à être et à devoir vivre cette situation.

J’aimerais pouvoir avancer et comprendre (s’il y avait quelque chose à comprendre) pourquoi nous sommes toujours au point de départ sans enfants après tant d’années de lutte. Nous avons depuis toutes ces années vécu la PMA avec beaucoup de couples qu’on a croisé durant nos tentatives qui aujourd’hui sont d’heureux parents ou en devenir d’être parents.

Notre tour a t-il été oublié ?

Je ressens vraiment cette impression que nous sommes les oubliés de la PMA, nous avions pourtant pris notre ticket bien à l’avance. Nous sommes les derniers toujours sur le quai : « les derniers des derniers ».

Je suis persuadée que je ne suis pas seule à vivre ça, à traverser ce torrent mais où sont les autres, où sont les oubliés de la PMA ???

Merci de ne vous manifester que nous puissions créer un mouvement, celle de la voix des oubliés !

No Comments

  • Ton témoignage me touche tant.. Je ne suis pas engagée dans cette lutte depuis aussi longtemps que toi mais je comprends cette douleur au plus profond de toi, la même est au fond de moi…
    Bisousssssss

  • merci pour ton message, bonne chance dans cette loterie !

    • Je ne voulais pas te paraître prétentieuse en disant que je comprend ta douleur, j espère que tu ne l a pas mal compris… Je te souhaite de trouver la paix dans ton cœur quel que soit le chemin que vous prendrez gros bisous

      • Ne t’inquiète pas misspatate nous avons chacune nos douleurs mais au final elles se rejoignent. Merci pour ton soutien !

  • Bonjour, je ne connaissais pas votre blog mais je comprends completement ce que vous ressentez. Entrés en PMA après 1 an d’essai, rien n’explique notre infertilité. Après 3 IAC neg, nous sommes passés à la FIV qui a réussi; Jusqu’à l’échographie des 12 semaines (celle qui permet aux parents d’être soulagés…): le coeur du foetus s’est arrêté. Il m’a fallu 1 an pour nous en remettre. Après cette année de pause, on a fait une TEC qui a raté. Et là vient le trop plein. Marre des piqures, des rdv à l’hopital, se sentir comme un numéro dans le raz-de-marée des patientes en pma, de la condescendance des gens et de leurs bons conseils, de la mise en péril de ma vie de couple. Après une phase où lui et moi avons dû nous recentrer sur ce qu’on voulait vraiment, on s’est rendu compte que ce qu’on voulait c’était être ensemble, avec ou sans enfant. Et on a décidé d’arrêter tout cela, de VIVRE enfin, ce qu’on avait arrêter de faire depuis trop longtemps. J’avoue que la décision d’arrêter la PMA a enlevé un énorme poids sur mes épaules. Alors oui, mes frères ont des enfants et moi non mais j’ai arrêté d’être malheureuse en voyant une femme enceinte ou en voyant un nourrisson. J’ai retrouvé l’envie de rire, de voyager, de manger, de boire ce que je veux, et d’aimer de tout mon corps sans contraire (merci l’ustrogestan d’avoir gâcher ma vie sexuelle…:-)). Il est vrai que parfois je me demande si j’ai posé la bonne décision. Mais ça ne dure pas longtemps. SI je dois être enceinte ce sera naturellement mais çe ne risque pas d’arriver. Il n’y a pas d’explication sur le pourquoi vous (nous) n’avez pas d’enfants et que pour certaines personnes il suffit d’eternuer pour tomber enceinte. C’est une injustice totale je le sais. J’ai ressentis cette colère, ce découragement, cette tristesse et même de la jalousie aussi. Mais maintenant je suis en paix avec moi-même. Il a fallu du temps. Bcp de temps même. Mais vous allez vous en remettre. Cela prendra le temps que ça prendra mais ca va aller, je vous le promets. 🙂
    Vous déciderez de continuez ou non mais dans tous les cas je vous envois des tonnes de courage et quelle que soit votre décision, elle sera la bonne. 🙂
    Bisous

    • Lindsay je suis très touchée que vous soyez venu sur mon mon blog témoigner de votre expérience comme j’ai très peu de retour de ceux qui ont fait le choix d’arrêter la PMA et qui sont en paix avec ce parcours. Votre témoignage m’aide dans ce passage difficile car ce n’est pas une décision facile d’arrêter la PMA mais je ressens que je suis au bout d’un chemin et votre témoignage me confirme que cela est possible avec du temps d’accepter cette injustice et d’être heureux. Encore merci à très vite !

  • Artemise, je me sens démunie et je ne suis qu’en début de parcours, aussi je n’oserai pas prétende comprendre ce que tu traverses même si comme nous toutes je me prépare à cette éventualité. Je ne sais pas si tu es dans un parcours d’adoption. Mais je sais que tu n’es malheureusement pas seule. Et surtout, même si ça paraît dingue, je sais que cette vie est possible. Et que oui, le bonheur reviendra, quelle que soit sa forme. Je te souhaite beaucoup de courage en cette période, et surtout je souhaite fort que ta vie te reserve plein de jolies surprises et de l’amour, beaucoup d’amour.

    • Miliette, merci pour ton soutien et tes mots qui me touchent beaucoup et m’aident à traverser ce tunnel de douleur qui est le passage obligé du deuil de l’enfant. Cela va prendre du temps mais nous savons que la bonheur est de l’autre côté, celui que l’on va se créer. Pour nous l’adoption n’est pas un parcours que nous envisageons après 10 années de combat, nous n’avons plus envie d’attendre pour essayer juste d’être heureux et de Vivre.

  • Je comprend ce que tu ressens,pour nous 7 ans d’essai ( j’ai du mal à l’écrire et à le dire à haute voix tant ça fait mal) ,je me sens dans une bulle à vivre un vie différente de celle des autres et j’ai du mal à trouver ma place .
    L’an dernier je faisais une fausse couche après une fiv 2 enfin réussi et ensuite deux grossesses biochimiques mais toujours un ventre vide et surtout aucune cause à cette infertilité .
    Je pleure souvent ,j’ai peur de l’avenir,peur de n’être jamais parents,peur de ne plus jamais être heureux.
    Pour nous la pma n’est pas fini et je ne sais pas si un jour j’arriverai à fermer cette page,je ne me voie pas heureuse sans enfant.
    Les images de « Là Haut » me touchent tellement elles reflètent se que nous vivons ,la tristesse,la solitude ,l’impuissance ….je ne sais pas comment on arrivent à être de nouveau heureux et quand je lis le témoignage de Lindsay, je l’envie,
    voilà 7 ans que je ne suis plus heureuse même si parfois nous avons des joies je sais que ce n’est pas,le Bonheur la légèreté qu’on pourrait ressentir si nous avions pu construire notre famille.

    Mon commentaire n’est pas très joyeux , mais j’espère que tu retrouveras le bonheur et ta place dans cette vie.

    • Merci Elodie pour ton message et ton commentaire qui reflète ce que nous vivons même s’il est triste. C’est un chemin très douloureux et je comprends ta peine immense, cela est très difficile de s’imaginer heureux sans enfants quand pendant si longtemps on s’est projeté avec un enfant. Tant que tu as la force de continuer et l’envie ne lâche rien ! Pour nous, c’est différent nous arrivons à saturation et je pense que pour nous c’est sans espoir, c’est pour cela que je me sens prête à lâcher ce combat et j’aspire à autre chose aujourd’hui. Cependant rien n’est simple car même si je me dis que c’est possible d’être heureux sans enfants grâce à l’amour de mon mari très présent, l’émotion et la tristesse sont omniprésentes donc il faut arriver à jongler avec ce mélange d’émotions en espérant des jours meilleurs.
      Je t’envoie tout mon soutien et j’espère que tu vas enfin accéder au bonheur tant attendu.

  • Comme je te comprends, Artemise…tu le sais, on avait deja discute…le terrible echec que vous venez de vivre vous accable et remet en cause – une fois de plus- le projet le plus cher de votre couple…que dire si ce n est que comme toi, je me sens oubliee…tant de gens pensent que les fiv reussissent a tous les coups…foutaise!!…prends soin de toi et de ton cheri…bises

    • Cela me fait plaisir de te revoir Dorothea, le terrible échec nous a en effet mis ko mais il nous fait aussi avancer (pas forcément dans la direction qu’on aurait espéré)… Merci de contribuer à faire entendre la voix des oubliés ! Je pense bien à toi aussi et aux épreuves que tu traverses, à très vite. Bises

  • Là, il y a quelques témoignages des oubliées de la PMA:
    http://www.bbc.com/news/magazine-28785054
    Si tu suis le lien il y a aussi les interview radio, que je n’ai pas encore écoutés.
    Jody Day en parle dans son dernier post de blog:
    http://gateway-women.com/the-voices-of-childlessness-a-family-without-a-child/

    Comme d’hab, on déplore de ne rien entendre en Français… Je pense très fort à vous (et ne trouve rien d’intelligent ni d’utile à dire).

  • Merci Lara pour les liens, j’ai reçu la newsletter de Jody Day et n’avais pas encore eu le temps de regarder.

    Il n’y a toujours rien en français mais ça va venir… Je vais oeuvrer en ce sens pour qu’on entende aussi les oubliés de la PMA français ;-))

    Merci à toi et à ta présence qui me touche, et comme tu le dis justement y a malheureusement pas grand chose à dire devant cette triste injustice et loterie de la PMA…

  • J’étais persuadé de t’avoir laissé un mot. J’ai pensé dans ma tête longtemps à quoi et comment commenter. Je me suis dit que je te dirais que ce mot oublié, même si tu décris bien pourquoi ce mot là et pas un autre, je n’aime pas. Jamais jamais, pas un seul jour je ne pense pas à celles qui ont franchi la barrière si crainte. Jamais je n’explique ce qu’est la pma sans expliquer que la chance tourne pour les uns, la malchance pour les autres. Hors de question d’oublier ce qu’on vécu de nombreux couples et leur issue dans ce parcours tumultueux. J’ai une ancienne collègue pour qui la vie s’est poursuivi sans enfant. Cela a été dur, très dur. Les années ont passé, elle s’est reconstruite et aujourd’hui elle est heureuse dans sa vie, même s’il lui manquera toujours cette partie d’elle même. J’espère que votre reconstruction se mettra en marche peu à peu, et sans jamais que l’on vous oublie, ni que l’on oublie d’où vous venez… Des bises

    • Bounty tes mots me bouleversent. Merci au nom de tous les oubliés !
      J’ai vu ton dernier post et j’imagine quelle doit-être ton angoisse en attendant la prochaine écho. Après de tels traumatismes on est marqué mais tu sais qu’aujourd’hui s’écrit une autre histoire et c’est la belle histoire de ta lueur ! La reconstruction de mon côté va se mettre en marche et elle commence par faire le deuil du passé et j’ai ressenti aujourd’hui le besoin d’écrire 2 ans après sur ce terrible drame qui nous a tant bouleversé car j’avais besoin de laisser une trace et de ne pas oublier notre *♡* où qu’il soit en essayant d’avancer du mieux que je peux aujourd’hui.

  • Mes pensées t’accompagnent tous les jours.
    Je vous souhaite d’aller chaque jour un peu mieux… en attendant le Bonheur.
    Je t’embrasse bien fort.

  • Je pensais à l’instant même où tu viens d’écrire à toi et me demandais comment tu allais… <3

  • des pensées de soutien
    des pensées de courage
    des espoirs vers des jours plus heureux

  • Bonjour Artemise, je suis nouvelle par ici mais je ne peux pas m’empêcher de réagir car la question du renoncement/deuil/changement de cap prend pas mal de place dans mon esprit en ce moment.
    Je crois que je suis en plein dans mon parcours (mais sait-on jamais où on en est avec la pma ?), le cul entre deux chaises à me demander si je vais faire partie des oubliés, ceux dont on ne raconte jamais l’histoire (et pourtant il doit bien y en avoir qui sont heureux et qui pourraient nous inspirer……..) ou au contraire des miraculés. Je suis pile entre ces deux extrémités après 4 ans et demi de pma, je concentre toute mon énergie à espérer si fort, à me projeter avec des enfants et d’un autre côté à envisager que ça n’arrive jamais, parce qu’on ne dit que trop rarement qu’il y a des laissés-pour-compte, ceux que tu appelles les oubliés et pourtant en mettant un pied dans le monde merveilleux de l’infertilité on ne sait jamais comment on va en sortir. Hé ben je vais te dire c’est épuisant ! Et je te parle même pas du médical juste de la prise de tête (mais tu connais le sujet par coeur).
    Ça me fait bondir intérieurement d’entendre des « fertiles » (me) parler d’infertilité parce qu’il sort toujours la même m*** de leur bouche à savoir que le problème se situe dans la tête des infertiles (réflexion numéro un) et que ce qui les fascine, outre le fait qu’ils pensent sérieusement que le principal souci de la pma est de se retrouver comme par magie avec des jumeaux ou des triplés, ce sont les cas de grossesses spontanées qui arrivent une fois que le couple a renoncé/lancé une procédure d’adoption/acheté un chien. En fait le sujet ne les intéresse que s’il y a du sensationnel. Mon ton peut paraître très cynique (je vais avoir mes règles c’est pour ça) mais en réalité j’essaie de faire preuve d’un maximum d’indulgence face à ces réflexions parce que je sais que si j’étais tombée enceinte en C1 je dirais les mêmes énormités à ceux qui n’auraient pas eu ma chance.
    Ce qui m’ennuie plus c’est que cet état d’esprit puisse contaminer les couples infertiles.
    J’ai vu fermer les uns après les autres les blogs de celles qui décidaient de jeter l’éponge. Celles qui y arrivent aussi ferment leur blog aussi remarque mais c’est pas pareil, j’arrive très bien à imaginer ce que peut être leur nouveau quotidien, leurs nouvelles joies ou leur surmenage mais celles qui repartent comme elles sont arrivées j’aimerais vraiment savoir comment elles vont, ce qu’elles font après ÇA, comment elles ré-agencent leur vie après avoir été tellement accaparées par leur parcours, comment est la douleur et comment on s’en relève. Je me pose vraiment la question, très égoïstement parce que j’ai trouvé une source de réconfort incroyable en lisant les journaux intimes de femmes qui vivaient la même chose que moi et à chaque fois que l’une d’elles se cassait la gueule et repartait la fleur au fusil je me disais que moi aussi j’en étais capable et je suis convaincue que c’est grâce à ces témoignages que je vais (plutôt) bien.
    Depuis que j’ai intégré l’idée que je pouvais ne jamais avoir d’enfants, paradoxalement ça va mieux (même si dans le même temps j’essaie de garder espoir, on frôle la schizophrénie par ici). Bref j’adorerais lire des blogs, des livres, peu importe la forme (c’est vrai que j’aime particulièrement le fonctionnement des blogs), qui en parlent. Pour le moment cette non-représentation me donne l’impression que l’échec est tellement dur ou humiliant qu’on préfère se cacher, effacer son parcours, ses archives, disparaître. C’est flippant !
    Je sais que les blogueuses n’ont aucun compte à rendre à leurs lecteurs et que leurs écrits leur appartiennent mais peut-être aussi ne savent-elles pas l’impact qu’elles ont sur ceux-celles qui les lisent…
    Bref bref bref toute cette énoooorme tartine pour dire merci à celles qui prennent la parole, qu’elles comptent pour de vrai dans nos parcours et pour notre santé mentale et que PROMIS si je fais partie des oubliés je me ferai entendre d’une façon ou d’une autre.

    • Merci Odréèm d’être venu partager ton ressenti.

      Je comprends très bien cette position d’être entre 2 chaises et je pense que c’est important d’avoir conscience qu’un couple sur 2 peut ressortir de la PMA sans enfants car effectivement on est entre deux mondes avec la PMA. J’ai cru naïvement que ça allait marcher après un début de grossesse car la réussite après la PMA est bien plus médiatisée que la sortie le ventre vide. Je me posais beaucoup de questions sur l’après-PMA comment vivre cette sortie le ventre vide et c’est pour cela que j’ai voulu créer ce blog.
      Je me suis justement demandée si ce n’était pas quelque part suicidaire de faire un blog pour parler de ça car j’étais entre deux mondes et malheureusement cela est tellement tabou et pas entendable de ne pas réussir… C’est en voyant un tel manque sur ce sujet et l’angoisse que l’on peut vivre que cela m’a donné envie de faire bouger les mentalités.
      Il y malheureusement beaucoup plus de ressources à l’étranger qu’en France sur l’après-PMA, les livres français que j’ai pu me procurer traitent plutôt du long parcours PMA mais ces femmes n’expliquent pas comment elles survivent et vivent l’après PMA… Donc il y a encore beaucoup à faire ! Si tu as des références de livres je suis preneuse comme j’essaye petit à petit de constituer une bibliographie dans ce sens.

      Bonne chance à toi dans cette grande roulette et à très bientôt, merci pour la tartine 😉

  • Artemise, ce titre « les oubliés » est terrible, même si je le comprends très bien.
    Je fais aujourd’hui partie des chanceuses de la PMA; je ne pourrai donc pas te donner mon expérience de comment vivre l’après. Mais sache que je n’oublie pas, que je n’oublierai certainement jamais celles qui n’ont pas eu ma chance.
    Pendant mes années d’attente (en 12 ans, j’ai eu le temps de me poser la question), j’ai creusé un peu du côté de ces « oubliés »; j’avais besoin de lire leurs expériences, et de savoir qu’une vie sans enfants était possible, de me préparer à ce quotidien-là, qui faisait partie des possibles. Je me suis mise à lire le blog http://lifewithoutbaby.com/ que je suis toujours aujourd’hui. C’est vrai que les témoignages qui existent sont essentiellement en anglais. Une canadienne en a fait le constat et a démarré un blog en français sur le sujet il y a quelques années: http://femmesansenfant.com/ ce blog réunit de nombreux témoignages de femmes sans enfants, que ce soit par choix ou non. Quelques – trop rares – pistes…
    Je te souhaite un avenir radieux, rempli de belles choses dont tu ne soupçonnes peut-être même pas l’existence aujourd’hui; des événements, des énergies, des rencontres, des projets. Et continue à faire en sorte que les « oubliés » le soient de moins en moins.

    • Oui Kaymet je sais que ce titre est terrible mais c’est volontaire car il est important de ne pas « oublier » que l’on soit sorti de la PMA avec ou sans enfants… Je comprends très bien ton cheminement car même en tentatives PMA il faut pouvoir envisager un avenir possible sans enfants. Je connais bien sûr ces blogs de référence mais pour ma part, je ne m’y retrouve pas complètement entre les blogs anglais/américains et le blog de Catherine-Emmanuelle Delisle regroupe différents témoignages intéressants mais il y a beaucoup à faire pour faire entendre les oubliés PMA français donc j’oeuvre en ce sens…
      Merci pour tes souhaits et oui l’avenir sera ce qu’on en fait mais je l’imagine rempli de belles rencontres Pmettes avec de nouveaux horizons ;-))

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :