Mar 16, 2014 - Endométriose    No Comments

L’endométriose : osons en parler !

Émission de radio « révolutions médicales » animée par René Frydman du 4 mars 2014 diffusé sur France Culture.

Invité(s) :
Philippe Bouchard, endocrinologue
Charles Chapron, responsable du service de chirurgie gynécologique de l’hôpital Cochin
Jean Bouquet de la Jolinière, chercheur au génopole d’Evry

L’endométriose est une maladie invalidante méconnue qui touche pourtant 10% des femmes. Elle se manifeste par des douleurs de tout type mais principalement des douleurs pendant les règles, vers la fin de celles-ci mais aussi au cours des relations sexuelles. L’endométriose peut-être silencieuse et se développer autour des organes génitaux, pouvant alors être responsable de 30% des infertilités féminines. Les raisons de cette greffe de cellule de l’endomètre à l’intérieur du muscle utérin, dans les trompes ou encore dans les ovaires, sont inconnues. Il existe des cas familiaux, mais la part génétique n’est pas clairement individualisée. Que faire : d’abord le diagnostic de certitude puis le traitement. Nous passerons en revue cette maladie avec nos invités : le professeur Philippe Bouchard de l’hôpital Foch, pour les perspectives nouvelles hormonales et non hormonales, le professeur Charles Chapron responsable du service de chirurgie gynécologique et fécondation in-vitro de l’hôpital Cochin nous éclairera sur l’apport de la cœlioscopie et les possibilités thérapeutiques qu’offre celle-ci mais aussi les limites des interventions chirurgicales. Enfin, le docteur Jean Bouquet de la Jolinière, de l’hôpital de Fribourg et du Génopole d’Evry nous communiquera sa passion et nous parlera des avancées de la recherche concernant cette affection féminine.

Je ne peux que recommander cette émission qui a été pour moi d’un grand réconfort face à cette quête de l’enfant dont on ne sort pas toujours gagnant quoiqu’on fasse avec cette maladie.

Voici le lien pour écouter l’émission de radio

En voici quelques extraits :

« Toutes les femmes n’ont pas le même endomètre, certaines avec capacité de prolifération d’implantation de pénétration plus importante. Profil immunitaire des patientes, chez 10-15 % d’entre elles, l’endométriose est associée à des maladies auto-immunes et ont un profil particulier : cellules avec défaillance immunitaire. »

« Plus les formes sont graves, plus il y a un facteur familial. »

« 3 grands impacts de l’endométriose sur l’infertilité : le fait que ce soit une maladie inflammatoire va perturber l’environnement dans lequel se fait la fécondation, il y a une pollution du liquide péritonéale qui va gêner l’interaction entre les gamètes, il y a un problème de la qualité des ovocytes et de la réponse à la stimulation ovarienne. Et ce qui aujourd’hui est en train d’émerger ce sont des problèmes d’implantation car c’est une maladie de l’endomètre avec des problèmes de résistance à la progestérone, l’adénomyose qui est associée. L’endométriose joue à 3 niveaux. »


Endométriose pelvienne profonde et fertilité

Professeur Dominique de Ziegler (aide médicale à la procréation, Port-Royal)

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :