Août 4, 2017 - Endométriose    2 Comments

Endo forever !

Qui dit préménopause ne veut pas dire sans risque avec l’endométriose, je l’ai appris à mes dépends aussi je souhaitais vous faire partager mon expérience si elle peut-être utile à d’autres.

Depuis plus de 2 ans, j’essaye de me réapproprier mon corps non sans mal malgré les bouffées de chaleur et autres désagréments liés à la « vieillesse précoce » !

Nous avons, en tant que patiente atteinte d’endométriose, une capacité insoupçonnée à gérer la douleur. Je vous avais fait part en avril 2016 de ma décision de baisser les armes face à cette maladie incurable.

Vivre avec une maladie incurable #endometriose

Les règles devenant anarchiques, les douleurs aujourd’hui ne sont plus forcément liées à mes cycles mais font partie de la vie quotidienne avec une gêne pas agréable mais supportable que je maîtrise avec l’aide des médecines douces.

Les différents médecins que j’ai pu rencontrer m’ont renvoyé sur le fait que mes douleurs étaient certainement liées à ma pré-ménopause mais pas forcément en lien avec mon endométriose. Cela me faisait aussi du bien d’entendre ça car j’imaginais qu’avec mon AMH à 0,03 à défaut de ne pas avoir pu préserver mes ovocytes, je me préservais de l’endométriose.

Mais malheureusement le yoyo des règles qui viennent et qui repartent créent d’autres conséquences bien plus déroutantes auxquelles je ne m’étais pas préparée. La machine s’affole et s’emballe pour compenser mon déficit en progestérone et je me retrouve naturellement à avoir des poussées d’oestrogène comme en pleine stimulation.

Résultat :
Des kystes lutéiniques grossissent et éclatent lors des règles réactivant toutes les anciennes lésions et créant de nouveaux kystes endométriosiques.

Conclusion :
L’endométriose et la préménopause sont intrinsèquement liées.

Cette saloperie car je ne lui ai pas trouvé d’autres noms n’est pas prête de nous laisser tranquille aussi écoutez bien votre douleur quelle qu’elle soit et n’hésitez pas à consulter plusieurs personnes pour essayer de tirer au clair ce qui se trame vraiment.

2 Comments

  • Cette maladie a décidément sa part d’ironie dans bien des aspects… je suis désolée que tu souffres encore autant… la ménopause sera t-elle la seule solution de souffler?
    bisous ma douce

    • Rien est moins sûr… Mais a-t-on le choix avec cette maladie ?

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :