Août 4, 2015 - deuil périnatal    23 Comments

Emotions….

Depuis juillet, j’essaye de faire le vide et le tri d’une partie de notre vie passée.

Les émotions se bousculent mais pas toujours là où on les imaginent.

Une boîte remplie de cartes et de faire parts de naissances que j’avais mise de côté sans plus savoir ce qu’il y avait dedans. Toutes ces cartes me reviennent comme un poignard montrant toutes ces années écoulées et où notre mal d’enfant est toujours si présent.

Je dois parfois me reprendre quand mon esprit vagabonde et se met à penser « quand je serais enceinte... » comme si c’était encore d’actualité alors qu’aujourd’hui nous nous tournons vers un autre chemin.

Que ce mal est tenace et douloureux…

When she was home
she was a swan
when she was out she was a tiger
and a tiger in the wild is not tied to anyone

when she was lost
she was a toad
the day I found her on the road
I gave her water and a rose
and as she stretched
the sun rose

go go
go away

when she was young
she was a cow
and all day long
she milked the stars
she taught me
women to survive
must be unfaithful to their child
of all the wonders of the world
she was a lady with a bird
she must have had so many lives
was it the first?
was it the last?

go go
go away

when she was ill
she was a whale
she was so patient she would wait
until I sang her by the lane
the sweetest tunes to ease her pain

when she was old
she was an owl
I saw her swaying in the sky
and when she died inside my arms
I realised she was a cat

go go
go away

sometimes I wonder
if my child
will have her eyes

to see through me

and when I die
and I am born again
what will I be
a cat?
a stone?
a tree?

23 Comments

  • Plein de douces pensées pour toi…

  • Je trouve ton travail de deuil d’autant plus compliqué que oui, tu n’es pas « stérile ».
    Bref, encore une fois, de la difficulté sur la difficulté…
    Plein de pensées

    • Ce qui est compliqué c’est de devoir faire continuellement cette mise au point dans ma tête que c’était dans le passé que je n’étais pas « stérile » du temps de mes ovocytes et de ce début de grossesse. Car aujourd’hui je me considère comme « stérile » car il n’y a plus aucune grossesse possible… Tout cela est dur à admettre et à réaliser mais peut-être est-ce la seule manière d’avancer. Bises

  • Ma chère Artemise, comme cela doit être douloureux en effet… Ce deuil est un long chemin difficile… Je pense souvent à comment je vais le vivre si la fivDO ne fonctionne pas. Ce qui me sauve c’est notre démarche d’adoption qui, elle, a beaucoup de chances d’aboutir (enfin je l’espère), mais quand on n’a pas ce projet, ce doit être encore plus dur… C’est super que tu nous racontes tout ça, si ça t’aide un peu à avancer, c’est encore mieux ! Tu as tout mon soutien, aussi virtuel qu’il soit. Je t’embrasse fort !

    • Chère Fortuna, je suis touchée car je sais que cet été est loin d’être idyllique pour toi et qu’on attend beaucoup du don étant notre dernier espoir de pouvoir porter la vie. J’espère sincèrement que vous arriverez vite à votre désir de parentalité que ce soit par le don ou par l’adoption…
      Merci pour ton soutien qui est très précieux dans ce chemin difficile.

  • Malheureusement, je te comprends que trop bien.
    Ma prise en charge sécu est périmée dans deux heures. Je vais me sentir d’autant plus stérile. Mais mon deuil n’est pas là, loin encore. Je ne me résous pas à penser autrement que  » si je suis enceinte un jour,… », « j’en suis à j14 chéri vient par là… ». Je n’arrive pas non plus à jeter des choses inutiles. Mon ancien arrêt de travail pour grossesse distilbène. (Je devrais accoucher bientôt d’ailleurs). Des médicaments comme les vitamines de pré conception… Mes tests de grossesses neufs…
    Bref, j’espère, au travers de la lecture de ton blog, entrevoir un jour ce qui m’aidera à passer de l’autre côté. Du côté du futur, stérile, sans enfant très probablement. Mais ce deuil est multiple donc très compliqué.
    J’espère que l’âge aidant, ce sera plus simple. On me demandera moins  » c’est pour quand? »
    Bisous réconfortants.

    • Le deuil se fait petit à petit tu sais et ces phrases je les connais bien Le J14 je l’aime beaucoup celui là surtout avec une AMH à 0,03 j’y ai cru jusqu’au bout… Mais aujourd’hui j’apprends à essayer de faire taire ces phrases pour essayer de me confronter à la réalité telle qu’elle est car pour nous il n’y a vraiment plus d’espoir et il est temps que j’ouvre les yeux pour essayer d’avancer. Je me rends compte que cela ne va pas se faire si facilement et rapidement malgré ma volonté et qu’il y a encore de nombreux tunnels à emprunter. J’espère que tu n’auras pas à en passer par là un jour. Je t’embrasse

  • Je pense Si fort a toi, si souvent… Et a chaque fois je suis frappée par ton courage. J’espère que la lumière sera bientôt la. Merci mille fois de te livrer à nous ❤️

    • Oh la lumière je ne sais pas si elle viendra mais tu sais j’ai moins peur des ténèbres car petit à petit je me familiarise avec… Je suis très émue et même surprise de recevoir autant de soutien et d’encouragement en osant livrer ce chemin si douloureux du deuil de cette vie sans enfants. Je t’embrasse

  • Plein de pensées… Et la chanson est très belle… <3

  • Je sais pas quoi dire… alors juste une main posée sur le bras en attendant des jours meilleurs avec ton grand Cœur… et des bisous. Plein.

  • C’est long, c’est douloureux, mais tu avances sois en certaine…
    De gros bisous de soutien.

    • Je l’espère Mouchette… Il faut sûrement du temps pour que le cerveau intègre que nous essayons de tourner la page, bisous

      • Il n’y a que le temps qui peut nous permettre d’accepter, de vivre avec. Ce sont des années de combat qui ne peuvent être effacées d’un coup de gomme. Alors petit à petit, à ton rythme surtout, tu avances sur ce long chemin du deuil et qui est loin d’être simple…
        Des bisous…

  • dans un deuil, il y a toujours les boites à souvenirs qui sont cheres à notre coeur mais trop cruelles et se rappellent à notre peine
    dans ton cas, il y a les objets mais il y a aussi (et surtout) les souvenirs vécus de ton esprit, de ton corps et de ton coeur
    tant d’années à batailler, à penser positif, à penser « enceinte » à penser « ça va marcher »,
    à penser positif pour ne rien regretter
    alors comment le cerveau tout à coup pourrait dire « au fait…  » « tout l’inverse »
    meme si le chemin long et douloureux a vu s’immiscer une autre réalité, ça n’empeche que tu vis des phases contraires
    je pense bcp à toi sur ce nouveau chemin semé d’embuches
    j’aimerais tant que la montagne devienne colline puis plaine …
    en attendant je t’envoie mes pensées les plus douces
    je t’embrasse

    • Merci ma douce Fabienne d’être toujours là… Tes mots me touchent comme à chaque fois et comme tu le dis si justement c’est un long chemin que le cerveau intègre qu’il n’y a plus d’espoir… La montagne est sacrément escarpée et me fait dévaler mais à force j’arriverais peut-être à la gravir sans tomber. Je t’embrasse fort

  • J’ai le coeur gros devant ta peine et ce deuil si lourd… J’espère que tu es bien entourée, soutenue… Il y aura un temps pour de nouveaux projets, un bonheur plus apaisé même si il y a ce vide que je n’ose imaginer. Je t’embrasse très très fort.

    • Merci Lisette pour ton message, je suis touchée de te lire. Je t’embrasse fort.

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :