Août 14, 2014 - deuil périnatal, Mon parcours    33 Comments

Down… + Edit *♡*

-2

carl and ellie 3

tumblr_lsuaenwlKk1qio969o1_500

 


Il est difficile de rajouter des mots à ces images qui parlent d’elles-mêmes…

Cependant j’aimerais rendre hommage à ce petit être qui est venu dans nos vies et qui est reparti trop vite.  J’ai besoin de laisser une trace de son existence, de son passage dans nos vies qui nous a changé pour toujours.

Le 3 juillet notre petit Cœur a commencé son développement, nous avons suivi son évolution et avancions à pas de velours  : les taux chaque semaine augmentait et je n’osais y croire de peur que le miracle ne cesse.  Mon corps petit à petit s’est arrondi, les nausées ont suivi, les vertiges et une envie de manger constamment. Petit à petit ça devenait de plus en plus réel et après avoir entendu ses battements de cœur, je me suis autorisée à y croire et à me convaincre que ça y est un début de vie grandissait en moi. Mon mari avait envie de le partager avec ses proches et quant à moi j’avais toujours une réticence mais voyant le bonheur partagé de sa famille j’ai attendu mi-août pour l’annoncer à mes proches, j’ai senti un soulagement chez ma famille. Cet été là, on a commencé à faire des projets d’agrandissement de la maison car tout était enfin possible, J’étais tellement fière d’être enceinte car ça me paraissait tellement incroyable : un exploit !

A la fin de l’été, nous partions tout détendus et confiants dans un état d’euphorie pour notre échographie car nous avions hâte de revoir notre petit cœur et notre docteur ne cachait pas sa joie comme ma déclaration de grossesse avait déjà été envoyée. Le médecin commence l’écho abdominale mais il ne voit pas bien alors il me précise que l’on va passer à l’écho pelvienne et je ne me doute pas un instant de ce qui va suivre. Ce jour là et cet instant précis reste encore très présent aujourd’hui. Il a beau me répéter « le cœur s’est arrêté », je ne l’entends pas, plus… sa voix est lointaine et je fixe l’écran et me dis que c’est peut-être son matériel qui est défectueux et puis je me dis « non c’est pas à moi qu’il parle, c’est à quelqu’un d’autre c’est pas possible.. ». Il a pris mon bras pour me faire revenir à la réalité et j’ai croisé son regard et ses yeux émus. Je suis retournée m’asseoir avec mon dossier de maternité et toutes les questions qu’on avait préparé pour le choix de la maternité et la conversation a pris une autre tournure que prévue : il nous a dit d’attendre que la nature fasse son travail, d’arrêter le traitement, de prendre le cytotec et de se revoir la semaine prochaine pour une écho de contrôle et vérifier s’il est bien parti sinon il faudra une intervention médicale. Ma rentrée est dans quelques jours, je suis arrêtée…

Je ne réalise pas, je sors de son bureau et là je vois mon mari éclaté en sanglot dans le bureau de la secrétaire, moi qui l’ai rarement vu pleurer c’est un choc. Je sens un déchirement et toute sa douleur m’envahit et je prends conscience de l’ampleur des dégâts. Nous retournons chez nous et retrouvons la photo, la seule et unique de mon ventre arrondi, que mon mari a prise juste avant d’aller chez le médecin pour immortaliser sans le savoir notre grossesse. Nous étions totalement anéantis je ne pouvais pas parler, je me suis assise sur le canapé des jours et ai pleuré constamment comme si notre monde s’écroulait. De son côté mon mari a géré sa peine à sa manière, il a commencé des travaux et du plâtre pour combler les fissures de la maison.

Les jours ont passé et je me réveillais en sursaut la nuit car je ne comprenais pas car j’avais toujours les symptômes de grossesse cependant depuis plus d’1 semaine j’avais des douleurs au dos j’ai donc consulté mon ostéopathe. Les sensations de règles se sont fait alors sentir avec des douleurs intenables les jours suivants, je perdais beaucoup de sang mais il était toujours là à l’échographie de contrôle. L’intervention médicale a été programmée pour le surlendemain. Nous avons fait notre pré-enregistrement le jour même à la clinique qui m’a inscrite pour une IVG alors que j’avais beau lui dire que c’est une interruption involontaire de grossesse : «  je n’ai pas choisi qu’il arrête de se développer »…  Ensuite tout s’est accéléré les douleurs, les spasmes intenses, le sang et j’avais peur qu’il soit expulsé dans la voiture en allant à la clinique mais au final il était toujours là, le personnel a été très délicat ainsi que le gynécologue qui a œuvré. Cependant ce terme d’aspiration me fait froid dans le dos et j’ai eu beaucoup de mal à réaliser que c’était fini, je suis ressortie vidée comme si quelque part rien ne s’était passé et j’ai ensuite repris le travail en prétextant un problème personnel.

Mais au moindre ventre rond que je croisais, je le scrutais et ne comprenais pas pourquoi son développement continuait après 3 mois. J’étais un zombie, une ombre comme si quelqu’un d’autre avait pris ma place. Je me sentais tellement seule et personne ne comprenait ma peine, les remarques me blessaient et ça ne me soulageait pas d’entendre dire qu’il valait mieux que ça s’arrête maintenant ou que ce n’était qu’un embryon à ce stade… J’aurais tellement voulu que ce soit inscrit sur notre livret de famille pour prouver son existence. J’aurais même souhaité le garder en moi mort plutôt que d’être vide. J’ai eu une longue période à culpabiliser : « Mais qu’ai-je fais de mal ? Qu’aurais-je du faire ? » Avec mon mari, le fossé s’est creusé car je m’enfonçais petit à petit jusqu’à toucher le fond mais c’est en touchant le fond que j’ai compris que je ne pouvais plus continuer à faire semblant et j’ai senti qu’il fallait prendre les choses en main. Je ne supportais plus le cours de yoga où je m’étais inscrite en septembre où la prof avait demandé s’il y avait des femmes enceintes et que j’allais répondre « oui » alors qu’on venait de m’annoncer que c’était fini et que ma voisine n’était que dans son 1er mois. J’ai du subir sous mes yeux chaque semaine son ventre s’arrondir et j’allais à ce cours le cœur gros et ressortais en larmes. J’ai donc repris mon tapis et me suis faite des séances sur mesure à mon rythme pour me ré-apprivoiser avec ce corps meurtri, j’étais en mesure après des années de pratique de travail corporel à savoir ce qui était bon pour moi. J’ai consacré mes vacances à écrire et à sortir cette douleur enfouie et à vivre enfin ce deuil que je tentais d’occulter pour ne pas m’effondrer. Aujourd’hui la peine est toujours aussi douloureuse mais je dirais moins à vif. Il n’y a pas un jour où je ne pense pas à lui et à me demander quel âge, il aurait aujourd’hui.

C’est difficile de se remettre d’un tel drame et même si parfois j’oserais dire que ce serait plus simple si rien ne s’était passé mais ce serait annihiler son existence alors que cela a été notre plus beau cadeau, notre espoir.  Et oui, on a été parents pas longtemps mais on l’a été…

33 Comments

  • 🙁

  • Une poignée d’images qui disent tant…

  • c’est si vrai…….

  • Tant d’émotion dans ces images…

  • Comment ne pas être prise de larmes devant « Là haut » qui évoque tant de choses… J’espère que vous vous servirez de la grosse tirelire, qu’un jour les sourires reviendront, que le jardin fleurira… Des pensées d’accompagnement dans cette épreuve

  • Tellement dures ces images…

  • Merci à toutes pour votre soutien… <3

  • ce film me hante (pas par hasard si c’est mon avatar…), parce que ça a tellement l’air d’être nous : la fille un peu intrépide, le garçon un peu timide, la maison en travaux, l’absence d’enfant bien sûr, les projets d’ailleurs,et aussi la maladie…
    je t’embrasse fort fort

  • Pfiouu… c’est dur … 🙁
    Des Bisous de courage <3

  • Nous avons vu ce film, mon mari et moi, avant même de découvrir notre infertilité. Nous en avons pleuré à gros bouillons, les gens autour de nous, à la sortie du film, songeaient que nous venions de nous annoncer un deuil. C’etait comme un affreux pressentiment. Pour nous, ce n’est pas encore la fin mais cela s’en rapproche car nous sommes lucides sur nos chances réelles. Alors on pense fort à vous, on comprend tellement votre douleur. Indicible.

    • Merci pour votre message et votre soutien, bonne chance à vous.

  • LE dessin animé qui me laisse parterre…
    Sincèrement désolée.
    Des pensées

  • Merci Cloudy

  • Je suis désolée que tu sois passée à travers tout ça, et que tu connaisses ce deuil si pénible d’un bébé, même tout tout petit… Plein de pensées pour toi.
    (et j’ai bien l’intention de voir Up très prochainement)

    • Typhaine merci ton message et je suis d’autant plus touchée après avoir lu le drame que tu traverses. Merci pour tes pensées et je t’envoie aussi tout mon soutien.
      Pour ce qui est de Up très sincèrement ce sont les 10 premières minutes qui sont les plus émouvantes comme il s’agit du récit du couple Carl & Ellie, voici le lien où tu peux voir leur histoire :

  • j’ai pleuré devant ce film
    j’ai les larmes au coin des yeux en pensant à toi
    en pensant à cet enfant que tu as porté
    je sais combien ce ventre vide et ces souvenirs sont douloureux
    aucun mot pour soulager
    des pensées pour t’accompagner
    je t’embrasse

  • Je suis désolée de tout ce qui vous arrive…
    Ce film m’avait beaucoup touché à l’époque mais il prend un tout autre sens aujourd’hui.

  • Merci Julie pour ton message.
    Ton histoire aussi m’a beaucoup touché, je pense bien à toi dans ce chemin de deuil si difficile.

  • Le deuil d’une grossesse qui devient celle d’un enfant des années après et prend donc une autre dimension. Moi, ça me touche profondément d’autant plus avec les illustrations graphiques. Dans le même style le film « là haut », son début m’avait fait pleurer.

    BIZ

  • il s’agit de ce film…. je n’avais pas fait le lien…. je l’avais trouvé dur et il me semble que pour nous la PMA n’avait pas commencé. Ma belle mère qui a eu mon mari pourtant pleure encore en évoquant sa fausse couche… L’imaginaire et l’amour vers ce petit être était parti surtout après la lutte de la PMA.

    • Il y a malheureusement des événements dont on ne peut pas se remettre… Bises

  • C’est un billet très émouvant que je découvre quelques mois après son écriture. Je n’ose imaginer la douleur profonde de perdre votre bébé à un stade si avancé, alors que vous avez entendu son coeur battre et que vous avez passé plusieurs semaines à vivre avec la pensée de ce petit être qui grandit. Mais je peux quand même te dire que je te comprends en quelque part, quand tu dis que « il n’y a pas un jour où je ne pense pas à lui »… » et que « ce serait plus simple si rien ne s’était passé mais ce serait annihiler son existence alors que cela a été notre plus beau cadeau, notre espoir ». Je crois qu’on ne peut oublier nos petits êtres qu’on a tant aimé.

    Bises

  • Je découvre doucement ton blog, ce post est très émouvant, que d’épreuves vous avez du traverser… Les images sont bien choisies, ce film m’avait déjà émue avant de découvrir la PMA, et aujourd’hui je le vois avec un regard nouveau. Je pense fort à toi, des bizzz <3

    • Merci Kalyz pour ton message. De notre côté nous avons vu le film après notre parcours et j’ai été troublée par la résonnance et les émotions dégagées des 10 premières minutes évoquant la vie du couple Carl & Ellie. Nous avons déjà fait notre tour en ballon 🎈 et nous profitons aujourd’hui de chaque instant. Merci pour tes pensées, je te fais de gros bisous.

      • Une collègue m’a prêtée le DVD justement, je vais bientôt le regarder avec un oeil de Pmette…
        Contente de te lire sereine après toutes ces épreuves. Bizzz 🙂

      • Je ne pense malheureusement pas être tout à fait « sereine » après toutes ces épreuves car je suis à jamais marquée mais je travaille chaque jour pour essayer d’apprécier ce que j’ai plutôt que de me centrer sur ce que je ne peux malheureusement avoir… Je t’embrasse et bon visionnage 😉

  • Je lis ton post du jour…et le lien vers celui ci…et cela fait tellement echo… Pour nous c’etait il y a deux ans, un 1er juillet et un ventre vide le 5. Tes mots, ta facon de reagir, votre couple, ces sentiments… tout resonne en moi egalement. J’espere fort que cet été ton petit ange rejoindra les cieux avec le coeur et les pensées de sa maman apaisée et qui ne l’oubliera absolument jamais. Que la Paix vous trouve tous. Je t’embrasse fort

    • Nous avons eu la chance de sentir la présence bienveillante de notre petit ange pendant notre parcours avec le don d’ovocytes. Mais aujourd’hui je dois accepter de le laisser partir ainsi que tout espoir d’une maternité possible pour essayer de me reconstruire et de me projeter vers une autre vie. J’espère un jour arriver à cette paix intérieure…
      Je t’embrasse fort aussi et merci d’être venue me faire signe douce Bounty

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :