l'Espace de discussion 💬

Espace de réflexion et d’échange sur une vie sans enfant

De la peur…. à « mon Atelier des Rêves » (phase 1)

La peur peut paralyser, empêcher d’avancer…

Au tout départ, j’avais peur d’essayer.

Puis, après avoir presque tout essayé, j’ai eu peur que cela ne puisse aboutir.

La peur de ne pas réussir, la peur de l’échec, la peur du résultat… C’est un cycle sans fin, une peur vient en remplacer une autre.

Toutes ces peurs ont jalonné mon parcours et je me suis questionnée sur leur fondement. Est-ce légitime d’avoir si peur ?

Il peut difficilement en être autrement… Lorsque nous sommes en parcours PMA : nous n’avons aucun contrôle et au final il s’agit plus d’une véritable loterie.

Ces peurs ne doivent pas pour autant prendre autant de place et nous empêcher par la quête de l’impossible à développer ce qui est par ailleurs possible.

A force de me focaliser sur cette quête, de me fixer sur ce qui était impossible j’en ai finis par laisser de côté mon autre rêve et de perdre de vue ma vocation d’art-thérapeute. J’ai du malheureusement arrêter les ateliers d’art-thérapie que j’avais mis en place tout au long de ces années pour me consacrer pleinement à mes traitements.

Pour poursuivre 1 autre rêve qui était celui de pouvoir avoir un enfant, j’ai du interrompre ce à quoi j’aspirais.

Toutes les épreuves de la vie et de la PMA m’ont transformé.

J’aimerais aujourd’hui proposer par le biais de « mon atelier des rêves »,  un lieu de ressources créatif et psychique. Il est le moyen pour moi de réunir ce que jusqu’à présent j’avais séparé : la PMA et mon entité d’art-thérapeute.

 « L’atelier de mes rêves » représente quelque part l’aboutissement de mon travail personnel et professionnel, nourri de mon cheminement et de mon parcours PMA.

 

 

 mon atelier des rêves


Un espace quand tout bascule....

 

0001-02_sens-de-la-vie_activité
Un espace pour se poser

 

swf_pic_08
un espace pour pleurer

 


 
un espace pour écrire

 

0001-Nature_Culture_P3
un espace pour faire son deuil

 

0008-08_sens-de-la-vie_mort
un espace pour accepter d'abandonner le passé

 


un espace pour être écouté et entendu.

 

Et encore bien d'autres choses...

                Et vous, quel est votre "atelier de rêves" ?

Toutes les illustrations ont été réalisées par Jacques Després  Auteur – Illustrateur

19 thoughts on “De la peur…. à « mon Atelier des Rêves » (phase 1)

  1. Un espace pour dormir jusqu’à plus soif sans culpabiliser… Pour pouvoir me sentir en paix.
    Elles sont très belles, ces illustrations!

  2. Wouaw…
    Quel beau projets, et quelles belles illustrations…
    Je ne sais pas pourquoi, mais je pense au film d’animation Mary et Max.

      1. Perso je n’aime pas trop les films d’animation mais celui là m’avait remuée… Très beau film mais faut pas le regarder un jour de blues !!

  3. C’est magnifique! Oui, la PMA nous transforme mais quand on arrive à faire de ça une source d’inspiration et mieux se connaitre…c’est que ce n’était pas pour rien. Beau projet!

  4. une amie a fait un atelier d’écriture après son cancer, ça lui a fait du bien, et surtout son projet était très original!! c’est un beau projet!

    1. Merci Larmesameres. J’ai justement accompagné pendant plusieurs années des femmes atteintes de cancer et c’était une des expériences les plus marquantes, de les voir se reconstruire après tant de souffrances et de traitements.

  5. Superbe ! Quel plaisir de voir tout ce talent que tu avais laissé en sommeil… En te lisant, je suis convaincue d’une chose: il ne faut pas arrêter de vivre pendant ce parcours. Je sais, c’est facile à dire, ce ne sont que des paroles tout ça, mais je veux dire par là qu’il ne faut sans doute pas oublier ou reporter à plus tard les autres projets qui nous font avancer, et sur lesquels on a prise. Pour certains, c’est sur le terrain professionnel. Pour d’autres, c’est retaper une belle maison, laisser plus de place à ses passions.
    C’est plus évident, hélas, lorsque l’on accumule les échecs et que les traitements relèvent alors d’une certaine « routine » (ce qui est notre cas), parce que l’on a déjà perdu une partie de ses illusions et peut-être parce que l’on se prépare aussi à la suite de notre vie en faisant « avec », au jour le jour, c’est-à-dire « avec le vide », sans enfant. Je ne sais pas ce que tu en penses. Je t’embrasse très fort, merci pour ce billet.

    1. C’est malheureusement parfois plus facile à dire qu’à faire car quand on la tête dans le guidon de la PMA, on ne s’autorise pas toujours à prendre du recul. Et on s’imagine peut-être à tort qu’en consacrant toute son énergie cela fonctionnera, le plus important il me semble est de ne pas avoir de regrets et d’être en paix avec ce qu’on décide. Les échecs aussi comme tu le dis si bien aide petit à petit à se faire à l’idée que cela ne puisse pas fonctionner et qu’un autre chemin est à prévoir… Cependant passer au cap de renoncement et arrêter la PMA n’est pas si simple, il y a le deuil à faire de beaucoup de projets surtout quand on a l’impression d’être passé si près du but. On passe notre temps à avancer de deux pas et à reculer d’un car ce chemin différent est tout de même très escarpé… bises

Laisser un commentaire

error:
%d blogueurs aiment cette page :