Mai 20, 2014 - Deuil de la maternité    12 Comments

Coup de cafard d’1 soir, bonsoir

Malgré mon parcours de routarde. J’imaginais être aguerrie et ne plus avoir aussi mal pour une invitation de naissance.. Quoi de plus banale dans notre quotidien d’infertile mais là, je suis totalement perturbée peut être parce que ce sont des personnes proches au sens 1er du terme : mes voisins d’en face qui avaient démarré la PMA après nous et dont nos tests de grossesse se sont croisés mais n’ont pas connu la même issue.
Bien que je sois très heureuse pour eux, je ne peux partager ce bonheur. Bonheur interdit pour moi qui suis de l’autre côté de la rue, à la frontière de ce monde sans enfants.

Malgré l’expérience, les années je n’arrive pas plus à faire face….

J’ai l’impression d’arriver au bout d’un chemin et de ne plus appartenir à ce monde, même au travail je me sens différente : plus les mêmes envies et projections futures… C’est le début peut-être de la transformation, je me sens en mue.

Cette naissance vient raviver toutes ces année de combat, ce pourquoi nous nous sommes battus, ce vers quoi nous tendions.
J’ai reçu mon renouvellement et incroyable j’ai eu une offre de fidélité en tant que cas désespéré jusqu’en 2019 mais j’espère en avoir fini d’ici là, avoir pu dire stop

12 Comments

  • Justement je pensais à toi… Comme je peux te comprendre… Et à mon avis, tes voisins peuvent comprendre si tu ne te sens pas la force d’y aller. Il faut aussi penser à te préserver, et pas toujours faire « bonne figure », pense à toi…
    Je t’embrasse bien fort

    • Je ne sais pas s’ils peuvent forcément comprendre maintenant qu’ils sont de l’autre côté… Je ne peux de toute façon plus faire semblant comme si tout allait bien. Moi aussi je pense beaucoup à toi surtout que j’ai vu que tu n’as pas été épargné ces derniers temps. Prends bien soin de toi, je t’embrasse aussi bien fort

  • Ma pauvre Artemis… tu dois te sentir bien seule parfois… Vous vivez une terrible épreuve et je comprends que tu aies besoin de te protéger. Regarder en face de ta rue le bonheur auquel tu rêves, c’est si douloureux. Je t’embrasse…

    • Merci Lisette pour ton message, je me sens seule dans ma rue mais pas sur la blogosphère avec mes copines de galère 😉 Je t’embrasse et on croise les doigts pour que dame nature soit au rendez-vous.

  • Tu n’es pas seule… Comme je comprends ta douleur.
    Bon, avec ça, on n’est pas plus avancées. Merci Lulu, hein.
    Euh… Dis-donc, 2019, dis-tu ? Je ne pensais pas possible une ALD de plus de 2 ans…

    • Ca peut aller de 6 mois à 5 ans pour l’infertilité, nous on avait eu direct 5 ans. Ca dépend des caisses donc des départements… Le mien s’est transformé en cours de route en ALD hors liste pour l’endométriose (là aussi ça dépend des caisses) jusqu’à l’échéance de celui prévu pour les fiv… Ca fait mal d’avoir un long délai, mais en même temps ça évite de faire sans cesse des renouvellements…

      • A intéressant car je n’ai toujours eu que 2 ans jusqu’à présent malgré le fait qu’il y ait bien mentionné à chaque fois endométriose sévère… En fait j’ai calculé ça tombera pile poile à la fin de l’âge maximum de prise en charge. Comme tu dis c’est à double tranchant c’est à la fois 1 bonne nouvelle pour ne pas avoir à refaire de renouvellement mais en même temps j’espère d’ici là être passé à autre chose…

    • On n’est peut-être pas plus avancées mais ça fait chaud au coeur de vous lire. Merci d’être là jumelle 😉
      2019 oui j’ai été surprise mais peut-être qu’à partir du 4ème renouvellement je suis passé à la catégorie « VIP loose » !

  • je te comprends trop bien et avant de vous rencontrer, y a the truc qui devient de plus en plus difficile pour moi (je ne sais pas pour toi??!), c’est le passage obligé dans le magasin spécialisé pour choisir the kdo qu’on aurait bien voulu, nous et qu’on ne peut pas s’acheter avec l’ultime épreuve de la caissière qui nous demande si on a la carte fidélité!!!!! Tu sais, j’ai reçu des faire part, ces temps-ci et je n’ai pas répondu, c’est mal, je sais, j’en suis mortifiée mais voilà, c’est au dessus de mes forces, pour l’instant….alors si tu ne le sens pas, ne te force pas, la vie est déjà pleine de contraintes, ça suffit, il faut penser à toi…..sinon, en septembre, j’ai invité mes voisins (40 et 42 ans, c’est important pour la suite), j’avais bien repéré que ma voisine était enceinte mais bon, on se devait de faire connaissance, donc je vois mon voisin, je les invite, il me dit, ok pour dans 2 jours, bla bla et là, genre au bout de 10 min de blabla il me sort « ah au fait, notre accident est arrivé!!! euh, moi interloquée, je le regarde avec une tête de demeurée et lui de continuer « un garçon, on ne voulait pas savoir tant j’etais déçu pour la 3eme, et paf, un accident de pilule et on a enfin un gars on est super heureux »…ben oui, un petit gars, après 3 filles, c’est un chouette « accident » et lors de cet apéro, ils nous ont tellement parlé du bébé comme de « l’accident’, oui ils appellent leur bébé comme ça, qu’avec mon mari, on en avait oublié le si joli prénom de ce si joli bébé qui avait pile 15 jours ce jour là!!! désolée d’avoir été si bavarde, oup’s 😉 je t’embrasse

    • Coucou Dorothea, oui le passage kdo est très difficile et je gère difficilement surtout les choses que j’avais pu acheté pendant ma grossesse. J’ai fais un carton avec bouquins, peluche et mobile que je vais finir par donner à une association car cela est trop douloureux. Côté faire part ce n’est pas ce qui me tracasse le plus car à force je commence à avoir l’habitude maintenant et cela me touche un peu moins mais là c’est un cas particulier, ils sont en face de moi et je ne peux pas les ignorer. Dès que je sors de chez moi la réalité d’en face est là pour me rappeler que la PMA marche pour certains… Enfin faudra bien un jour que j’affronte cette réalité que pour l’instant je fuie…
      Tes voisins me rappellent certain anciens amis qui nous expliquaient que leurs filles successives étaient des accidents. Tout ça m’écoeure !
      Merci pour le bavardage 😉 à très vite, bises

  • Si vraiment tu ne le sens pas, n’y vas pas. Il y aura un moment où tu sentiras mieux et où tu trouveras la force de sourire à cet enfant quand tu les croiseras. En plus, tes voisins sont des galériens, ils pourront comprendre. J’imagine combien c’est dur en tout cas. Gros bisous

    • Je ne suis pas sûre qu’un jour ça ira mieux… Bien sur que j’aurai la force de sourire à cet enfant mais ce vide sera toujours la et malheureusement je ne peux m’empêcher de penser à notre début de vie qui s’est arrêté et qui devrait être à gambader aujourd’hui dans notre jardin. bises

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :