Juin 18, 2015 - deuil périnatal    37 Comments

Au coeur de ma tempête

Avant d’aller mieux et d’aller bien il y a une phase qui revient sans prévenir c’est celle où l’émotion prend le dessus.

J’avais déjà eu un aperçu ici mais hier ce fut particulièrement frappant. Un simple événement déclencheur est venu pulvériser le château de cartes de mon semi-apaisement.

Hier, mon homme tout heureux de me faire partager son dernier chantier me montre la jolie maison en construction du couple qui n’a (avait) pas encore d’enfants. Sauf qu’à priori un est en route… Rien de surprenant et pourtant ça m’a fait l’effet d’une claque. On en a fait tellement des plans avec des chambres pour des enfants mais aucun qu’il avait dessiné n’a été réalisé avec tous les échecs successifs.

De voir cette maison sortir de terre avec les plans de mon mari et des chambres bien réels, pour des enfants à venir, qu’on avait toujours rêvé de construire… Cela m’a fait l’effet d’une bombe et un dur rappel à la réalité. Notre réalité : nous n’aurons pas de chambres d’enfants.

J’ai vraiment du mal à me faire à cette idée que nous n’aurons pas d’enfants. J’étais persuadée qu’on y arriverait mais la volonté n’a pas suffit et j’ai l’étrange sensation de me réveiller après un cauchemar de 10 années passées.

J’aimerais tellement aller mieux mais je dois accepter aussi de ne pas aller bien, j’accueille ce torrent de larmes et j’attends comme le dit si bien Martine Batanian que les larmes des flacons remplis s’évaporent…

Sur la coiffeuse de la princesse Mary II se trouvaient des dizaines de petites bouteilles de verre. Le guide nous a raconté que tous ces flacons contenaient les larmes qu’a versées Mary II à la suite de ses fausses couches. « Quand les larmes étaient évaporées, le deuil était terminé. »

37 Comments

  • Oh mon Artemise, je suis triste de te savoir si triste… Mais je pense comme toi, que les « rechutes » sont normales et font partie du processus… En plus, là c’est vraiment un choc cette maison aux plans de ton mari, je pense que j’aurais réagi vraiment de la même façon à ta place. Accueillir ton chagrin est effectivement ce qu’il faut faire, mon acupunctrice me le disait tout le temps et ma coach Automne aussi ;-). C’est bateau, mais je te le dis quand-même, il te faudra du temps pour que des événements comme celui-ci ne te fasse plus chavirer. Je t’embrasse très fort.

    • Merci ma douce Fortuna de ta présence précieuse. Je t’embrasse fort

  • L’acceptation est une phase longue… faite aussi de retours en arrière… Qui sont difficiles car on pense qu’ on avance et tout à coup, sans prévenir, on se reprend tout en pleine face… et on a alors l’impression de revenir en arrière… mais je pense que c’est aussi ça avancer… le chemin n’est pas linéaire… Je pense fort à toi.

    • L’acceptation est probablement le travail de toute une vie… Mais tu as raison j’avance malgré tout car je me confronte à la réalité. Je suis encore toujours surprise par le pouvoir des émotions qui arrivent et me percutent de plein fouet. Je t’embrasse fort

      • On s’est tellement projetés, quand on voit alors un projet qui était dans notre coeur, destiné à d’autres, ça fait remonter les émotions qu’ on a essayé d’ enfouir…

  • Je suis de tout cœur avec toi , je pense que nous prenons le même chemin que vous donc je me demande comment faire mon chemin .
    Je vous souhaite beaucoup de courage et beaucoup d’autres joies bien différentes de celles espérées

    • Que je suis triste de lire que votre chemin semble pour vous aussi ne pas être simple. Merci de ton soutien et de tes mots je te souhaite un chemin le plus doux possible et si tu souhaites échanger n’hésite pas.

      • merci pour ta réponse, et j’en profite un peu pour te demander comment vas tu aujourd’hui? ( meme si le blog ne sert pas a ça)
        et puis, parce que je sent que le bout du tunnel n’es pas pour tout de suite, c’est quoi la 1ère étape, quant on arrive au bout par quel chemin commencé l’acceptation qu’il n’y ai pas de suite.
        pardon ce n’est pas très délicat comme question, mais quant j’y pense les larmes montent ….

      • Merci de prendre de mes nouvelles, je vais te répondre par mail plus précisément…

  • Courage à toi et à ton mari ma chère Artemise – pas facile pour tous les deux de vivre ces choses – je pense fort à vous et je vous envoie plein de courage pour affronter ces chocs – bisous

    • Merci pour ton message. Paradoxalement mon mari ne perçoit pas de la même manière les choses et étais même surpris de me voir en larmes en voyant sa réalisation. L’émotion est totalement viscérale et incontrôlable elle m’a saisi car m’a fait réaliser ce que nous ne pourrons avoir…

      • De manière générale, je crois qu’on est beaucoup dans l’idéalisation dans nos projets de parentalité, et encore plus lorsque l’on passe par un parcours de procréation assistée car on est dans une attente longue et, au bout d’un moment, presque obsessive.
        Moi aussi, je ressens parfois ce que vous (tu, si je peux te tutoyer) ressentez, surtout lorsque j’apprends la grossesse d’une parenté ou d’une connaissance / amie. J’ai alors l’impression que le sol se dérobe sous moi, et ceci alors que j’avais l’impression d’être enfin en paix avec moi-même.
        D’un autre côté, mon métier m’aide à prendre du recul. Je suis enseignante auprès d’ados et je me rends bien compte qu’être parent ce n’est vraiment pas que du bonheur !

      • Il est bien possible que l’on soit dans l’idéalisation de la parentalité quand on ne peut pas avoir d’enfants et qu’on a tant espéré. Pour ma part la prise de recul est bien différente car j’accompagne des enfants que je suis du CP au CM2 dont les parents sont parfois défaillants…

  • Accepter de ne pas aller bien c’est déjà énorme…
    Plein de pensées

  • Ta réaction est normale… On n’efface pas des années d’espoir en tournant la page. Mais tu as l’air riche de beaucoup de choses, et ta créativité est certainement salvatrice pour ce chemin vers l’acceptation.
    Avec le temps, on trébuche moins.
    Courage.

    • Merci Automne pour tes mots, je suis aussi très admirative de ton chemin créatif.
      L’acceptation est un bien long chemin et que d’étapes il y a à franchir. Malgré cette impression de retour en arrière j’ouvre les yeux sur notre réalité et essaye de l’accueillir malgré la tristesse que cela provoque.

  • Tout ce que tu ressens fait partie du long processus d’acceptation. C’est très dur… J’espère néanmoins que les jours d’apaisement l’emportent sur ceux qui font mal à ton si joli coeur. Même si je suis impuissante, sache que je/on pense à toi, à vous.

    • C’est le travail de toute une vie l’acceptation ! Je suis encore bien loin d’atteindre les jours d’apaisement…. Pour le moment j’accueille ma peine et ma tristesse ce qui est un 1er pas de voir la réalité telle qu’elle est sans illusion et espoir d’avoir un enfant. Merci d’être venue me faire signe de ta presence

  • Courage artemise, le chemin est long vers le mieux etre mais malgré ces sensations de retour en arrière tu avances. Gros calin

    • Merci pour tes mots et ton soutien qui est precieux. ❤

  • Ma chère Artémise… Ce qui est dur c’est de se dire que le talent de ton mari n’a pas pu être mis à profit pour vous. Alors voir ces plans de maison a dû te faire replonger dans tous ces instants de complicité, à ces moments où vous vous êtes projetés, à imaginer.
    Il y aura, je crois, toujours des instants de vie, des situations qui te rappelleront ce vide. Mais je crois, avec le temps, avec le cheminement que tu es en train d’accomplir, ces situations deviendront moins douloureuses. Car même si ton château de cartes s’est écroulé, il se reconstruira et petit à petit sur des bases de plus en plus solides.
    Laisses couler tes larmes, tu en as besoin et cela t’apaisera…
    De gros bisous, un câlin de réconfort et on ne te lâche pas !

    • Un grand merci car même si le château de cartes s’écroule je sens des épaules pour pleurer et de jolies épaules aux doux papillon. Plein de bises Mouchette

  • Je n’ai pas les mots mais sache que je pense à toi <3

    • Merci d’être là car je sais que tu viens d’être sonnée par ta dernière FIV et cela me touche ta présence.

      • Je vous lis toutes mais je ne sais plus quoi dire… Cet échec nous fait toucher du doigt la possibilité d’une fin de parcours dans enfant et tes mots me touchent encore plus qu’avant.

      • Ma chère Kalyz l’échec nous fait douter et je comprends que tu sois sonnée mais tu sais qu’il y a aussi d’heureux dénouements possibles. Tant qu’il y a une tentative possible il y a encore de l’espoir. Le parcours PMA est cruel car incertain mais je ne regrette rien nous avons tout essayé ce qui me semblait possible mais mon chemin est ailleurs. Je t’embrasse bien fort et n’hésite pas à aller voir Madame Léger en cas de besoin.

  • je pense à toi, à vous. mille bisous.

  • il y aura des éléments déclencheurs, des éléments incontrôlables, non identifiables par avance… celui-ci en fait partie
    pcq pour toi, ton mari est partie prenante d’une réalisation ailleurs de ce que tu as toujours voulu chez vous
    pdt 10 ans, tu as attendu, revé, projeté ces chambres d’enfants
    ces plans que ton mari a dessiné sont apparus si concrets sous tes yeux que cela t’a bouleversée … bien normal
    lui ne réagit pas de la meme manière, pcq c’est son travail
    mais pour toit « maison » = « nid »
    quant aux torrents de larmes, le deuil sera très long compte tenu des années d’investissement passées en pma, compte tenu de l’importance de ce deuil
    il y a aura des hauts et des bas, bien sûr, on le sait, on l’imagine … mais certains bas seront plus violents que d’autres.
    certains hauts seront aussi plus colorés
    je te souhaite de l’apaisement
    je voulais te dire que je suis là, te dire que je pense bien à toi
    je t’embrasse

    • Très jolie analyse ma douce Fabienne qui me touche, merci de ton soutien. Plein de bises à toi et Corentin

  • J’ai beaucoup réfléchi au deuil ces dernières années. En l’occurrence au deuil de ma mère, mais aujourd’hui, au possible deuil de devenir mère à mon tour.
    J’ai fait des études de psycho. J’ai suivi nombre de formations dans ce domaine. J’ai beaucoup travaillé sur moi. Et pourtant, je ne conçois plus le deuil tel qu’on nous le présente.
    Je ne crois pas qu’un jour on puisse accepter l’inacceptable. Et c’est finalement cette dure réalité qu’il faut accepter autant que possible.
    On peut apprendre, avec le temps, à vivre avec (ou plutôt sans…). Gagner en sérénité et sentir que tout ça est de moins en moins dévorant. Douloureux, probablement jusqu’à la fin de notre vie. Mais moins envahissant et moins violent.
    Bref, ce qui me fait penser que tu es sur cette voie là, c’est que tu accueilles tes moments de faiblesse. Et ça commence là, en effet.
    J’espère qu’aujourd’hui est moins triste qu’hier… Je t’embrasse fort. ♥♥♥

    • Ma chère Julys ça me touche de te lire et de voir certains de mes mots « accepter l’inacceptable » et « vivre sans » rattacher au deuil de ta mère cela prend un tout autre sens et fait relativiser ma situation. Je travaille un peu plus chaque jour pour accueillir ma peine et l’apprivoiser pour vivre le mieux possible avec. Je suis touchée de ta présence car je sais malheureusement que cette dernière FIV n’a pas été à la hauteur de tes espérances et que tu te projettes déjà vers le don.Prends bien soin de toi 💓

  • […] Il y a presque 6 mois j’étais assailli par l’émotion de voir se réaliser un projet qui nous tenait tant à cœur se concrétiser et comme un électrochoc je réalisais que nous n’aurions pas de chambres d’enfants. […]

  • Je découvre votre blog et je suis très émue par tous ces mots que je comprends trop bien et que parfois j’ai du mal à mettre sur mes émotions.
    10 ans d’endométriose, 6 ans d’arrêt de pilulle et d’attente, 2 ans et demi de Fiv (déjà 2 échecs) et une vie à repenser.
    Parfois ça va, je me dis que le chemin n’est pas fini, je me console avec les galères de parents de mes collègues et rigole en me disant qu’ils ont vraiment des vies de merde et que moi je peux me permettre d’avoir beaucoup de temps pour moi, temps non négligeable les jours de règles et de grande douleurs/fatigue.
    Et parfois je culpabilise de penser cela.
    Parfois je reflechi à une vie à deux differente, sans attaches, avec des voyages des rencontres …. et puis je me vois plus vieille et me dis quel deuxième coup au coeur quand mes amies maman deviendront mamie, je crois que ce deuil là, on en guerrit vraiment jamais , on apprend à vivre avec et à l’apprivoiser mais il manque les bons souvenirs et le devoir de mémoire comme dans un deuil « classique » parce que nous n’avons aucun moment de bonheur à chérir avec cet être si attendu.
    En ce moment nous faisons des travaux dans notre maison que nous avions acheté en previsions de ce futur enfant, c’est dur de se dire que cette petite chambre restera peut être mon bureau…

    • C’est un chemin difficile et je comprends bien vos doutes étant passée par ces différentes phases, je me suis posée beaucoup de questions avec les échecs répétés car ils ont été nombreux malgré un début de grossesse qui m’avait fait entrevoir que cela pouvait être possible. A forcer d’essuyer les échecs, j’en suis arrivée petit à petit au renoncement et à essayer de me faire à l’idée qu’une vie sans enfant pouvait être envisageable. Et dans ce post je voulais mettre en valeur que même si on est déjà dans la voie du renoncement, il y a des rechutes possibles et que parfois la réalité nous rattrape. L’émotion avait été tellement forte que je n’avais pas totalement compris ce qui m’arrivait. Ce fut un véritable électrochoc pour moi de voir la chambre d’enfants dont on avait rêvé réalisé par mon mari comme si enfin j’ouvrais les yeux sur ce que nous n’aurions pas. J’ai réalisé que je n’avais pas complètement fait ce deuil et ai consacré les mois suivants à prendre le temps de dire au revoir à ce rêve et à vivre pleinement cette émotion. J’ai eu besoin pour ma part d’une action symbolique et nous nous sommes alors lancés dans de gros travaux pour faire table rase du passé et pour redessiner notre avenir comme vous pouvez le voir ici avec les travaux actuels que nous menons :
      https://artemiseauratoutessaye.wordpress.com/category/latelier-de-mes-reves/
      Bien à vous <3

Got anything to say? Go ahead and leave a comment!

error:
%d blogueurs aiment cette page :