Mar 15, 2014 - -, Mon parcours    26 Comments

+10 ans de galère et aujourd’hui on fait quoi ?

Atteinte d’Endométriose sévère, Insuffisance ovarienne, cellules tueuses et adénomyose. Plus de 10 ans de galère (arrêt de la pilule en 2003) pour essayer d’avoir un enfant avec l’aide de la Procréation Médicalement Assistée en France et avec don d’ovocytes en République Tchèque : 1 arrêt de grossesse, 1 grossesse biochimique. Fin de la PMA : sans enfant, comment ré-envisager sa vie autrement ? Comment faire le deuil de ce bébé qui n’a pas été à terme. Et de celui qui ne viendra pas…

Read more »

Bonne fête aussi à toutes les mères sans enfant !

Cette période que je redoute toujours autant est cette année marquée par une nouvelle étape.

L’année dernière sous une forme humoristique, je vous proposais de chasser le spleen mais cette année je vous propose de nous célébrer (aussi) en tant que mère sans enfant.

Suite à une commande passée, je trouve en plus dans mon colis une carte qui y est glissée où il est indiqué que « cette carte est à offrir à toutes les super mamans que vous connaissez. »

http://www.tendances-emma.fr/shop/img/cms/fete%20des%20meres%20600x600.jpg

Ma 1ère réaction est un pincement de douleur mêlée à de la colère et de la tristesse puis soudainement je me demande pourquoi quelque part je m’exclue alors que je me sens profondément si mère.

Je n’ai pas d’enfants réels et visibles mais pourtant dans mon cœur ils sont bien présents.

Je les ai espéré, aimé, imaginé et il n’y a pas un jour où je me demande comment aurait été ma vie auprès d’eux.

C’est grâce à leur absence que je suis devenue aujourd’hui ce que je suis, cette épreuve m’aide chaque jour à cheminer et à me dépasser.

L’émotion passée, je me ressaisis puis souris en me disant que cette carte m’est en fait tout simplement destinée, ces ailes dessinées ne sont pas sans me rappeler notre petit être perdu.

Je réalise que c’est la 1ère fois que je m’accorde et m’autorise enfin un peu de bienveillance et d’amour en me considérant comme une super maman.

Je vous souhaite du coup en cette journée spéciale

beaucoup d’amour et de bienveillance envers vous-même.

Je ne peux que vous recommander l’interview que Catherine-Emmanuelle Deslile propose à Isabelle TILMANT, psychothérapeute clinicienne à l’occasion de la fête des mères.

Elle apporte son éclairage précieux sur le deuil d’une vie sans enfant.

http://femmesansenfant.com/

 

Voici ici quelques extraits qui m’ont particulièrement touché et qui font résonance dans mon propre cheminement :

« En réalité la fête des mères vient réactiver la douleur chez la plupart des femmes celles qui sont mères y compris.

Ce deuil de ne pas avoir d’enfants est en réalité une forme de deuil impossible car il est sans cesse réactivé, une absence en permanence réactivée dans la vie de tous les jours.

Deuil indicible, une souffrance à l’état pur qui demande une force intérieure énorme pour pouvoir accueillir et traverser cette souffrance.

Il ne s’agit pas uniquement de renoncer à l’enfant qui ne viendra pas, il ne s’agit pas uniquement de supporter l’absence de cet enfant mais il s’agit de transformer cette absence et de transformer cette présence parce qu’en réalité pour une femme qui a ce désir d’enfant, cet enfant va l’accompagner toute sa vie.

Cet enfant que vous n’avez pas eu, est en réalité présent en vous ; ça a été l’enfant qui vous aura révélé à vous-mêmes par sa non venue.

Il est là cet enfant, il est là depuis le moment où vous avez eu ce désir d’enfant et il a été là encore bien plus présent quand vous avez souffert de son absence. Il est là en permanence encore et encore. C’est important de reconnaître sa présence invisible, sa présence indicible, sa présence réelle. »

 

Pages :1234567...175»
error: